Le Pré-cinéma d'animation abstrait

A travers les oeuvres de Walter Ruttmann, Oskar Fischinger, Hans Richter, Viking Eggeling

Arte.fr

Arte.fr, Hans Richter

Le site de la chaîne Arte se révèle assez surprenant. Au delà de la mise en ligne de certains programmes diffusés à la télévision, Arte.fr propose des vidéos, des compléments d’information, des archives ainsi qu’une revue en ligne dédié au court-métrage, Court-circuit. On trouve ici des ressources concernant les 4 artistes qui nous préoccupent (Walter Ruttmann, Oskar Fischinger, Hans Richter et Viking Eggeling), mais l’article le plus complet serait celui concernant Hans Richter.

Publié le 12 octobre 2005 et sobrement intitulé « Hans Richter », l’article se présente comme une biographie complète de l’artiste, suivi d’une filmographie exhaustive. Des images jalonnent le texte, ce qui participe à une lecture agréable du contenu. Toutefois, on peut regretter que les images ne soient pas légendées ni directement reliées au propos de l’auteur. On propose au lecteur une bibliographie, une dizaine de liens internet en rapport avec le sujet, ainsi qu’un article entier publié en août 2005 dans la revue Court Circuit, signé Nicole Brenez (selon Wikipedia, Brenez est une « historienne, théoricienne, programmatrice et enseignante de cinéma, spécialiste des cinématographies d’avant-garde »).

Ce second article traite du lien qui a uni dada et Richter, de la collaboration entre Richter et Eggeling mais aussi de la façon dont Richter a compris les enjeux du cinéma : « Dans un vocabulaire géométrique emprunté à Kandinsky, Doesburg et Mondrian, Hans Richter décrit les propriétés optiques élémentaires du cinéma. Rétractation et expansivité de l’image sur l’écran. Rapports plastiques entre espace local et espace global, entre espace divisible et perpétuel lieu de chevauchement rétinien, qui s’explicite en surimpression. Effets illusionnistes de profondeur et de relief sur une surface plane. Dialectique temporelle qui souligne tous les processus de sérialité et de discontinuité, pour mettre à nu la fascinante continuité synthétique propre au cinéma. »

Les séries Rythmus et Filmstudie auraient créé un lien très fort entre peinture, musique et cinéma et par là même, ces courts-métrages auraient eu une influence toute particulière en ce qui concerne l’abstraction des années 70. Nicole Brenez termine son article sur l’implication politique de Richter dans la crise allemande de la fin des années 20 et notamment la réalisation de Inflation, film éminemment politique que Brenez qualifie de « pamphlet anti-capitaliste brillant, affolé et visionnaire ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 16 avril 2013 par dans Hans Richter, Médias, et est taguée , , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :