Le Pré-cinéma d'animation abstrait

A travers les oeuvres de Walter Ruttmann, Oskar Fischinger, Hans Richter, Viking Eggeling

Google Brevets : Fischinger inventeur

(capture écran) Machine à produire des effets lumineux, Oskar Fischinger, 1950 inGoogle Brevets

(capture écran) Brevet de la Machine à produire des effets lumineux, Oskar Fischinger, 1950 in Google Brevets

Google brevets est une interface de Google qui répertorie tous les brevets publiés depuis 1790 jusqu’à nos jours (ce qui correspond à environ 10 millions de documents disponibles). Tous ces dossiers ont été numérisés et sont libres de droit, y compris les images et les schémas.

Cela ne fonctionne actuellement que pour les brevets déposés aux Etats Unis car ils sont dans le domaine public, ce qui n’est pas toujours le cas en France. Ils proviennent de l’USPTO (United States Patent and Trademark Office) qui est l’office de brevets américain. L’avantage de ce site est qu’il bénéficie des facultés de recherche rapide mises au point par Google et il est ainsi plus facile de s’y retrouver que sur le site de l’USPTO. Les résultats sont classés par pertinence, ou du moins celle établie par l’algorithme.

L’autre avantage qu’offre ce site, et encore plus dans l’avenir, c’est qu’il mettra en relation des brevets internationaux. Ainsi se met en place à chaque recherche un réseau d’inventeurs dont on pourra (dans un futur proche) questionner la contemporanéité des productions à l’échelle mondiale. On devine derrière cette nouvelle fonctionnalité le gain de temps pour les chercheurs dans divers domaines qui pourraient instantanément  confronter leurs idées à celles de leurs homologues partout dans le monde.

Mais on peut également y voir une volonté de favoriser l’innovation par la diffusion et l’accessibilité des brevets déposés ayant (ou non) fait leurs preuves. En effet, cette interface serait peut-être l’une de celles qui remplirait le mieux cette mission « d’organiser l’information à l’échelle mondiale et de la rendre universellement accessible et utile» [1]  que se sont fixés les inventeurs de Google, dans un souci de rapidité toujours plus grande. Ainsi ressusciterait le fabuleux métier d’Inventeur mis au point et mystifié par la Belle époque. Mais cette fois les grands bourgeois oisifs de l’Occident industrialisé seraient remplacés par des geeks du monde entier habités par la volonté de collaborer ensemble à un projet de société et animés par la même idée d’un progrès salutaire mais redevable des inventions passées…

Le site n’étant néanmoins pas encore tout à fait au point sur le plan international, il ne figure pas dans la liste des « plus » comme Google Scholar ou Sketch Up.

En ce qui nous concerne, il est possible de faire une recherche avancée dans des domaines spécifiques, pour une personne en particulier ou encore une date précise. Si on entre les 4 artistes que nous avons sélectionnés voici ce qu’on y trouve :

–       Hans Richter : celui-ci n’étant pas américain, le site n’est guère utile et même s’il répertorie aussi des brevets allemands, il doit s’agir de ceux d’un homonyme

–       Il n’y a rien au nom de Vicking Eggeling et de Walter Ruttman

–       En revanche c’est plus intéressant pour Oskar Fischinger puisqu’il a édité un brevet pour une Machine produisant des effets lumineux en 1950. Il est illustré d’un schéma détaillé et d’une description précise du protocole et du mécanisme. D’autre part quand on clique sur « Présentation générale« , on voit que Fischinger est cité dans un autre brevet édité en 1992 pour la Walt Disney Compagny. C’est une machine visant elle aussi à créer des effets visuels mais de manière plus complexe.

Lorsqu’on va à nouveau dans la Présentation générale de ce dernier brevet, on tombe sur une liste d’autres brevets ayant trait à ce sujet qui l’ont inspiré. Cela commence en 1937 avec une machine à produire des « animation cartoons » et cela s’arrête en 1976 avec le brevet d’une sorte d’automate déposé pour le compte d’une secte catholique.

En définitive Ce site est une excellente ressource pour notre objet d’étude puisque le cinéma d’animation étant directement lié à une industrie, il est sujet à de multiples inventions, à l’image du mécanisme de Fischinger dont il reste désormais à trouver les traces d’éventuelles réalisations et/ou expérimentations.


[1] Cf Page Wikipedia dédiée à la firme Google, http://fr.wikipedia.org/wiki/Google

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :