Le Pré-cinéma d'animation abstrait

A travers les oeuvres de Walter Ruttmann, Oskar Fischinger, Hans Richter, Viking Eggeling

Les archives numérisées des éditions Larousse et l’Encyclopédie Universalis : étude comparative de deux ressources encyclopédiques

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le contenu

Les éditions Larousse ont pris soin de numériser nombre de leurs ouvrages. Ainsi, le site des archives Larousse propose une version numérique du Dictionnaire du cinéma et du Dictionnaire des films, mais aussi du Dictionnaire de la musique, du Dictionnaire de la peinture, des Journaux de l’année, etc. Le contenu de ces ouvrages a été mis en commun de telle sorte que lorsque l’on effectue une recherche, on obtient des réponses parfois issues de différents ouvrages classées par pertinence. Par exemple, lorsque l’on tape « animation » et que l’on sélectionne les réponses tirées du Dictionnaire du cinéma, un choix nous est proposé entre « le cinéma d’animation » (1ère réponse proposée) ou « les techniques du cinéma d’animation » (2e réponse proposée). Quelle que soit la réponse choisie, le contenu est particulièrement précis et détaillé. Lorsque l’on clique sur « cinéma d’animation », on a d’abord une histoire générale du cinéma d’animation, puis une histoire du cinéma d’animation par pays. Lorsque l’on choisit de consulter la page concernant « les techniques du cinéma d’animation », le texte s’articule technique par technique, dans un ordre qui paraît chronologique.

L’Encyclopedia Universalis propose des résultats qui paraissent moins directs et moins ciblés que ceux que proposent les archives Larousse. Cependant, le site offre la possibilité d’élargir un point issu de l’article par le biais d’une recherche internet, grâce à l’onglet « + sur internet », visible au niveau des titres des parties de développement du propos, sur la droite. Différents mots-clés sont alors proposés, libre à nous de choisir d’en cocher un, plusieurs, ou bien aucun. Illustrons cette idée à travers l’article « CINÉMA (cinémas parallèles) – le Cinéma d’animation », de Bernard Génin et André Martin (si étudiant à Paris 1, vous trouverez l’article ici, sinon cliquez ici), qui nous est proposé lorsque l’on tape le mot « animation » dans la barre de recherche. À partir de la partie appelée « Naissance du cinéma d’animation, l’onglet « + sur internet » propose différents mots-clés. Je choisis de cocher « Windsor McCay ». Ce simple choix permet de montrer les limites de cette fonctionnalité. En effet, on constate que les deux premiers liens sont morts et que le 3e est un lien vers un réseau de bibliothèque. Avec ce dernier lien, on n’obtiendra donc pas des informations supplémentaires sur Internet mais plutôt à travers Internet, sur un support papier. Il paraît donc étrange que ce lien figure dans les « + sur internet »… Quant au 4e lien, il dirige vers un TPE ayant pour sujet « l’Histoire de la compagnie Walt Disney ». Ce qui peut surprendre, c’est principalement le fait que le cite ne cite pas ses sources, ce qui est étonnant de la part d’un site comme celui de l’Encyclopédie Universalis, sensé produire des écrits universitaires, scientifiques et sérieux. D’autre part, les articles du TPE se présentent de telle manière qu’ils se succèdent les uns à la suite des autres, mais depuis la fin jusqu’au début. Cela s’avère problématique étant donné le fait que le contenu y est construit dans une forme proche de celle de la dissertation (introduction, plan, problématique, parties, conclusion.

Quelques mots sur l’ergonomie et la fonctionnalité

Le principal défaut du site des archives Larousse serait la présentation des contenus sous forme de colonnes, qui nous oblige à monter, descendre et remonter sur la page plusieurs fois avant de terminer de la lire. Or, en ce qui concerne les sujets qui nous intéressent, les textes sont particulièrement longs. Il aurait peut-être été préférable d’avoir un texte d’une seule colonne, comme ce que l’on a sur Universalis par exemple.

Pour conclure

Les archives Larousse fonctionnent de telle manière qu’il apparaît plus simple de trouver des résultats probants, les réponses paraissent mieux ciblées que celles que nous offrent l’Encyclopédie Universalis. On aurait pu croire que la fonction « + sur internet » que ce dernier site propose serait un plus, mais malheureusement, nous avons pu voir que ce n’est pas vraiment le cas. Le défaut que l’on pourrait faire aux archives serait moins un problème de contenu, plutôt une problème de forme, à savoir les inconvénients d’une présentation sous forme de colonnes qui rend la navigation un peu moins agréable. Dans les deux cas, les contenus peuvent constituer des sources fiables et exploitables.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :